•Technique:

(Gouache Talens, Linel, Sennelier - pinceau - tire-ligne - aérographe L. Fischer - JLP France)

Papier Steinbach 250 g

 

Cette société travaille également pour l'aérospatial et l'aéronautique.

Webmaster © Robin Mompach 2008

  • Pourquoi la gouache ?

    Ce choix pour les raisons suivantes:

    Vous disposez de pigments dont le liant et la gomme arabique et le diluant l'eau (très simple jusque là...) d'un pinceau et d'un tire-ligne. J'apprécie beaucoup son aspect totalement mat. Un fixatif sera appliqué à l'original en plusieurs couches augmentant les propriétés mécanique de la surface et un traitement anti UV pour les couleurs.

     

    La rapidité de séchage est importante; ce qui n'est pas négligeable car la technique est longue. J'utilise même un sèche-cheveux pour accélérer le processus de séchage.

     

    Après l'application de ce médium sur papier, vous obtenez une surface totalement mate. Vous pouvez laisser vos couleurs sécher sur un support en celluloïd
    pendant de longues périodes puis revenir, humidifier à nouveau celles-ci, attendre un peu, et reprendre votre travail là ou vous l'aviez laissé.

     

    J'utilise que des gouaches extra fines de la marque Talens et Linel pour leurs éclats et leur tenues à la lumière mais il y en a d'autres.


    Inconvénient:

    Peu de place à l'erreur. Il est difficilement envisageable de passer un chiffon humide sur la zone à traiter pour effacer tâches et autres problèmes étant donné que le médium est réversible. La transition entre deux teintes est brutale. Il faut aller chercher chacune d'elle et la travailler pour en obtenir la nuance.

  • Histoire de gouache

    GOUACHE (de l'italien Guazzo, lavage).

    Préparation faite avec des substances colorantes détrempées avec de l'eau mêlée de gomme, rendues pâteuses par une addition de miel ou de manne de larmes.

    La gouache diffère de l'aquarelle en ce sens que l'on pose d'abord les tons foncés pour finir par les plus clairs, alors qu'on opère d'une façon inverse dans l'aquarelle. Tandis que celle-ci donne des à plats, la gouache permet de revenir plusieurs fois sur un même ton et de lui donner de la vigueur et du relief.

     

    Il faudrait comprendre, sous le nom de gouache les peintures en détrempe où les mêmes colorants sont pour les tableaux et petits travaux de décoration mélangés avec du blanc d'oeuf ou de la colle de gants maintenue tiède et pour les décors de théâtres, fonds photogéniques, grands travaux industriels, on dissout de la vulgaire colle de peau, et les couleurs qu'on y incorpore sont appliquées à chaud.

    Nous ne pouvons nous occuper ici que de la gouache proprement dite qu'on trouve toute préparée dans le commerce et qui permet d'exécuter des travaux extrêment intéressants. Nous examinerons l'aquarelle gouachée pour peindre les éventails, les écrans, les stores, etc; la gouache sur papier, sur parchemin, sur cuir et sur bois.

    Alors que, dans l'aquarelle, on réserve les lumières et que le travail, toujours mince et transparent est conduit en partant des clairs pour arriver aux foncés, dans la gouache, on part des foncés pour terminer par les clairs en empâtant les tons qu'on superpose. Puis, le blanc, proscrit pour l'aquarelle est la base même de la gouache ; il entre dans la composition de toutes les teintes. Pour cette raison, les tons de gouache doivent être employés très vigoureux car, en séchant, ils pâlissent beaucoup.

    (Source: van-gogh.fr)

     

  • Toxicité, précautions...

    Certains pigments (oxydes de métaux lourds) utilisés ou ayant été utilisés dans les gouaches sont très toxiques (neurotoxiquereprotoxique ou cancérigène avéré, comme c'est le cas pour par exemple le plomb, le cadmium, le chrome ou encore le vert de malachite). Ces pigments ne sont pas dégradables ni biodégradables. Ils polluent l'eau, ou l'air ou les cendres si un support gouaché est brûlé.

     

    Il convient donc de ne pas mouiller le pinceau sur la langue, de ne pas utiliser les gouaches sur la peau, de ne jamais les utiliser comme colorant alimentaire et de les tenir à distance des jeunes enfants (sauf s'il s'agit de gouaches spéciales, portant mention précisant qu'il s'agit de pigments non toxiques, adaptés aux enfants) Comme palette ou support de préparation d'un mélange, il est recommandé d'utiliser des supports non-absorbants (plastique, métal, acier) plutôt qu'en papier. De même, en laissant décanter le pigment dans l'eau (au nettoyage des pinceaux), il est possible d'éliminer le dépôt en déchèterie plutôt que dans le réseau d'égout où les métaux toxiques contribueraient à polluer les boues d'épuration qui peuvent être épandues sur les champs.

     

    (Source Wikipédia)

     

    Les gouaches extra fines de la marque Talens ne contiennent pas de métaux lourds.

     

  • Aérographe Louis Fischer et le JLP France

    Le coffret de l'aérographe Louis Fischer avec lequel je travaille.

     

    Cet aérographe était en partie usiné par la société "Préci Jura" en tant que prestataire.

    Par la suite elle fabriquera son propre aérographe sous la marque "JLP France".

     

    Le JLP en main.

    L'avant corps à godet latéral et le même pour gaucher et droitier. il suffit d'effectuer un pivot de cet avant-corps pour obtenir une des deux positions, c'est plutôt astucieux, simple et efficace.

    Il possède également un joint P.T.F.E, la famille des P.T.F.E. (TEFLON™ - DELRIN™) offre à ce jour la meilleure résistance aux solvants et aux acides

    Eclaté de l'aérographe JLP-France

    Buse de 0,2 et son chapeau.

    Le coffret