(c)Fabian Sbarro

Le Pandolauto est une moto à quatre roues sur une base de Honda CBR

. Prothésiste dentaire puis chirurgien dentiste

. Inventeur du coupé cabriolet

. Styliste et aérodynamicien des Darl'Mat Peugeot

. Ingénieur conseil et aérodynamicien du groupe Rolls Royce / Bentley.

 

Combattant de la liberté - Agent du réseau "Alibi", nom de code: Phill 703

Trahi, il sera arrêté et fusillé avec quatre de ses compagnons au fort du mont Valérien en mars 1942.

Il confia à l'abbé Stock, l'aumônier allemand qui l'accompagna jusqu'au poteau d'exécution, qu'il mourrait

dans la semaine anniversaire où sa mère fut tuée par l'armée impériale.

Dans la poche de sa veste se trouvait un papier roulé en boule sur lequel il avait écrit:

ne me vengez pas, je vous aime (source, www.georgespaulin-lesite)

Abbé Stock

M. Flaminio Bertoni

Le styliste de Citroën durant trente ans. Il desine les Tractions, la DS, l'Ami6, le camion N "Belphégore"

Source : L'amicale Flaminio Bertoni

Cet homme hors du commun et aux talents multiples est né le 10 Janvier 1903, à Varèse en Italie. Issu d’une famille modeste, son père est tailleur et sa mère fait les ménages. Bon élève, il grandit sans histoires, passant ses examens primaires avec succès.

 

A la mort de son père, Flaminio qui a alors quinze ans, entre en apprentissage à la carrosserie Macchi. Il débute à l’atelier de menuiserie puis à celui de ferblanterie apprenant ainsi le travail de la tôle.

Très vite, il se fait remarquer par ses dons de dessinateur, occupant ses loisirs à dessiner. Il s’inscrit à l’école des Beaux Arts de Varèse pour se perfectionner au dessin artistique et à la sculpture, sous la direction de son maître Giuseppe Talamoni.

 

Il commence alors le modelage de la première maquette d’automobile, futuriste, qui ne verra jamais le jour.

Sa grande habileté le fait remarquer à l’automne 1922, par une délégation française de techniciens, en visite à l’usine Macchi où il travaille. Bertoni se voit offrir un voyage d’étude en France, à Paris. Imaginons la joie de ce jeune italien qui accepte avec enthousiasme et qui sait qu’il ne faut pas laisser passer cette chance.

Arrivé à Paris au début 1923, il est embauché successivement aux carrosseries Felbert, puis Manessius, et enfin pour une année entière chez Rothschild où il rencontre Lucien Rosengart grand ami d’André Citroën.

 

Flaminio est devenu un carrossier averti et accompli, sachant tout calculer et prévoir les impératifs techniques. Sa mère souffrante et le mal du pays le font repartir au pays à Varèse, et il réintègre la carrosserie Macchi mais cette fois-ci avec la qualification de dessinateur de premier degré.

A Paris, où il a perfectionné ses connaissances techniques, Bertoni a également découvert les artistes italiens au Louvre, en particulier les œuvres de Raphaël et de Léonard de Vinci.

De retour en Italie, il parcourt son pays à la poursuite de toutes les formes artistiques, il absorbe tout : peinture, sculpture, et ouvre même un atelier d’art, où il reçoit des modèles et de nombreux artistes varésiens.

En 1929, il démissionne de chez Macchi, car il ne se sent pas considéré à sa juste valeur. Il monte alors son propre bureau de style où il crée toutes sortes de modèles de carrosseries.

Plus libre de son temps, Bertoni participe à de nombreuses expositions artistiques. Mais il continue à rêver à la France et c’est en compagnie de celle qui allait devenir la mère de son premier enfant qu’il retourne de nouveau à Paris le 2 octobre 1931.

Grâce à un ami, Flaminio retrouve de suite du travail. Il entre à la Sical (Société Industrielle de carrosserie de Levallois Perret) qui fabrique en sous-traitance des carrosseries pour Citroën.

Remarqué par un ingénieur du bureau des études Citroën, il est rapidement embauché le 27 juin 1932 au Quai de Javel.

Il ne se doute alors pas qu’il va y rester toute sa vie et marquer de son empreinte géniale, les principaux modèles de la marque.

 

Puis même succès pour la DS surnommée «la bombe» au Salon de l’Auto de 1955. Une ligne audacieuse et futuriste jamais imaginée pour l’époque, issue d’un    « morphisme » entre un poisson et une voiture. Deux années plus tard, Citroën reçoit le prix d’honneur à la Triennale d’art et d’esthétique de Milan. Une consécration pour Bertoni

 

(Source http://expo-bertoni.com/fr/biographie/)

 

 

M. Thierry Auffret

Site de référence du célèbre constructeur automobile français Gabriel Voisin.

 

M. Raphaël Assoun

Un designer passionné par la célèbre marque française "Voisin"

Jean-Marc Cuvillier - Franck Parmentier - Serge De Praeter - Sylvain Neyroud

"Chrome et Calandres", un site de passionnés

Une autre façon de regarder le rétro.

Webmaster © Robin Mompach 2008